NATION ( manif provie 2009 à Paris).

Publicités

Geert Wilders…on s’en fout

Geert Wilders est un députe néerlandais populiste, très braqué contre l’Islam, et qui est l’auteur du très controversé film Fitna sur l’Islam. Suite à ce film, Wilders est poursuivi pour « racisme ». Il va de soi que ceci n’est pas normal dans une soi-disante démocratie et qu’on peut que le déplorer.

Mais dans la mouvance nationaliste, certains vont plus loin et appellent à signer une pétition de soutien en faveur du député en question.

Pour notre part, à Jeune Nation, nous ne soutiendrons pas cet appel.

Pour quelle raison ? Car Gert Wilders est avant tout, un homme du système qui n’est pas opposé au principe de l’immigration et de la société multiculturelle. Son seul problème est l’Islam militant et ceci car Wilders est très liés aux milieux pro-israéliens. Pour Geert Wilders, peu importe le métissage ou que 200 nationalités différentes ne cohabitent aux Pays Bas. Tant que les immigrés en question ne disent rien de mal contre Israël ou les USA.

Une autre raison pour laquelle, nous ne signerons pas cette pétition, c’est car la solidarité ne peut être qu’à sens unique. Or, nous ne souvenons pas avoir entendu Wilders protester contre la condamnation du VB ou de NATION pour délits d’opinion.

Et enfin, nous ne soutenons pas cette pétition car sa seule et évidente utilité sera de permettre au gouvernement hollandais et ses amis, de pouvoir ficher les gens qui l’auront signé.

Très franchement, qu’un homme du système se fasse rattraper par les lois liberticides que ses propres amis politiques ont fait voter nous indiffère totalement. Cela nous ferait même sourire.

Nous n’avons jamais été et ne voulons pas devenir l’infanterie coloniale de ces gens là. Il faudra bien avoir le courage et la lucidité de dire que des gens comme Wilders, Haider et Fortuyn n’ont rien à voir avec ce que nous sommes ni avec ce que nous voulons.

Termonde : les larmes, les agitations…et après ?

La société hollywoodienne dans laquelle nous avons l’impression d’évoluer apporte son lot d’incompréhensions et de faits dépassant l’imagination.

 

Ainsi, vendredi matin, à Termonde un déséquilibré au visage maquillé à la manière du joker dans les aventures du célèbre héro Batman, entre après avoir feint d’une demande d’un renseignement dans une crèche communale de Sint-Gillis, située dans la commune de Termonde.

L’illuminé sort un couteau et poignarde des bébés, puis lutte avec les puéricultrices présentes et continue comme s’il s’agissait d’une activité quotidienne

Ensuite, en toute quiétude il sort du bâtiment repartant en balade sur son vélo.

Au final le bilan est lourd : onze enfants blessés et quatre morts dont un adulte.

Il est difficile de se représenter l’horreur de la scène, mais on peut constater les dégâts, le degré de nuisance que peut causer un individu sociopathe en liberté.

 

Et après ? Comment vivre sans l’amour de ses bébés, dont on aura jamais la chance de les voir grandirent ? Dès lors, la haine et la vengeance ne sont-elles pas légitimes ?

baby-hands1

Le système a vite fait de récupérer le fait à son avantage, on aura vu Philippe et Mathilde se

rendre sur place, les célèbres dinosaures des partis traditionnels exprimer leur consternation, leur incompréhension. Et pourtant la réponse est là…

 

De notre côté cela fait depuis la création du mouvement que nous ne nous cachons pas, favorables à la peine de mort, notamment par le slogan : pendons les pédophiles ! Le rétablissement de la peine de mort est devenu un sujet polémique, tabou, comme l’avortement, mais nous affirmerons toujours notre sincère soutien à la vie, aux victimes. Nous serons toujours rangés de ce côté-là, jamais pour celui qui tente en vain de comprendre le fou. Nous soutenons la perception d’une famille nombreuse pour le peuple belge, à l’image d’une nation saine, et protégée par les pouvoirs publics.

Que les gens le sachent, des faits similaires se reproduiront tant que les autorités laxistes laisseront des malades se promener dans les rues de ce pays.

 

Un parallèle avec ce qu’exprime cet article est très bien évoqué à travers ce commentaire laissé par un certain Christian sur le forum de la DH.

 

D’autres commentaires allant dans notre vision des choses ont été laissés :

 

« Je rappelle quand même qu’OBAMA que tous les journalistes de la gauche caviar qui nous gouverne admirent tant, est FAVORABLE A LA PEINE DE MORT pour les crimes les plus graves, et notamment pour les meurtres d’enfant(s). Alors qu’est-ce qu’on attend, si ce que fait ce type est si bien ? Par ailleurs, n’oublions pas non plus ceux qui ont RELACHE DANS LA NATURE cet assassin (juges, psychiatres). Ce sont eux, les VRAIS RESPONSABLES »

Petite précision à Christian : si Obama est favorable à la peine de mort, il n’en demeure pas moins favorable à l’avortement, ce qui est contradictoire.

Ce qui nous attend si nous ne changeons pas les choses

Espérance dans la jeunesse

scoutsEn qui repose l’avenir ? En la jeunesse !

En qui repose le futur de la Nation ? En la jeunesse !

Et en ce début d’année 2009, alors que le cadeau offert par les politiques est la crise du Système dans sa totalité, quoi de plus logique que de s’inquiéter de l’avenir de cette jeunesse, de NOTRE jeunesse.

Il n’y a pas de secret, depuis que le monde est monde, la jeunesse ne peut être digne de ce nom que si l’Etat lui permet de bénéficier à la fois d’un cadre familial digne et d’un enseignement de qualité auxquels peuvent s’ajouter, éventuellement, des mouvements de jeunesse respectueux de l’idéal pour lesquels ils ont été pensés.

Hors, aujourd’hui, nous savons que la cellule familiale n’est plus que l’ombre d’elle-même. Quant à l’enseignement francophone, n’en parlons même pas !

Le Mouvement NATION a compris, depuis longtemps, que l’intelligence et l’amour sont les ingrédients indispensables à l’enfance pour que celle-ci devienne jeunesse ; cette dernière devant un jour devenir adulte.

Si tout le monde reconnaît que nos régions européennes ont besoin impérativement d’une hausse démographique, ce n’est pas pour autant que nous devons faire appel aux peuples extra-européens ! Sachons régler nos problèmes nous-mêmes avant de pleurnicher dans le cou de l’étranger. Recouvrons notre liberté d’agir et notre fierté !

NATION sait très bien, en tant que Mouvement populaire — dès lors, proche du peuple — que si de très nombreuses familles francophones désirent plusieurs enfants, elles n’en ont pas actuellement les moyens vu la politique antifamiliale imposée par l’Etat. C’est pourquoi il est impératif d’offrir aux familles un revenu dans le cas où l’un des parents serait « travailleur au foyer ». L’aide aux familles et l’éducation de la jeunesse sont les solutions d’avenir de nos civilisations européennes.

L’action, l’initiative, la nouveauté, le travail, le courage, l’exaltation, l’héroïsme, autant de mots qui embellissent la jeunesse et que l’Etat a supprimé, volontairement, de nos esprits. En vain ! Le Mouvement NATION les reprend, leur donne une nouvelle espérance de vie !

Avoir des enfants, c’est également enrichir le pays, la Nation. Ces enfants travailleront un jour dans ce pays et consommeront — intelligemment suite à la nouvelle éducation qu’ils auront reçue — les produits de ce pays. Ici, il s’agira d’un enrichissement matériel.

Mais la jeunesse offre un second enrichissement. Celui-là sera moral. La naissance d’un être apporte, à tout point de vue, un enrichissement aux parents. Enfant qui, tout au long de son éducation, bousculera le milieu familial par ses comportements excessifs ; ce qui permettra aux parents de ne pas tomber dans l’esprit bourgeois matérialiste.

Quoi de plus triste lorsque NATION constate le nombre de familles subissant une souffrance intolérable, sans savoir quoi servir à table, sachant à peine se chauffer et s’habiller. Que l’Etat le sache une fois pour toute : la seule allocation familiale comme aide matérielle ne suffit plus ! Ne suffit pas ! Et lorsque l’enfant souffre d’un handicape momentané ou perpétuel, les diverses allocations deviennent aumônes !

L’amour et l’intelligence offerts aux enfants permettront aussi de prémunir la jeunesse des maladies et des tares sociales que nos populations européennes subissent depuis trop longtemps : l’alcoolisme et la drogue.

L’éducation de notre jeunesse apportera un double bénéfice à la Nation.

D’abord, directement envers notre jeunesse qui retrouvera un foyer, un enseignement et un état d’esprit aussi nouveau que plein d’espérance future. Ensuite, le milieu familial suivant l’exemple donné par cette jeunesse sera soigné de ces autres tares contemporaines que sont l’égoïsme et le matérialisme.

Grâce à cette jeunesse, la Nation n’en sera que plus sauvée !

L’éducation de cette jeunesse n’est pas de l’unique responsabilité des parents. L’Etat a également une grande responsabilité (si pas la plus importante) concernant cette éducation en apportant aux familles l’encadrement et les moyens : un enfant heureux de vivre au sein d’une famille vivant dans la prospérité d’une Nation riche, florissante et saine.

Mais en Belgique francophone, les politiciens l’ont oublié voire, pire, ont volontairement lobotomisé toute une jeunesse et, en même temps, ses parents. Avant de s’inquiéter des peuples lointains, inquiétons-nous, d’abord, de la situation actuelle de nos populations ! Avant de donner conseils et deniers aux autres, soyons un exemple pour nous-mêmes !

Il ne faut pas devenir fort pour attaquer l’autre. Il faut devenir fort intellectuellement, moralement et physiquement pour se défendre des éventuelles attaques des autres. Le monde actuel n’est pas formé de nations de type « armée du salut » qui ne désirent qu’offrir paix et amour à l’image de moines tibétains.

Se faire respecter dans ce monde où la compétition est reine partout — voire, se faire craindre — est l’objectif à atteindre pour notre jeunesse. Qu’elle en soit digne !

Pour en être digne, il faudra (ré)apprendre aux familles et à la jeunesse à (ré)acquérir une indépendance intellectuelle. C’est-à-dire tout le contraire de la politique qu’ils ont été amenés à suivre depuis plus de 60 ans, politique consistant à former une Nation où tout le monde pense la même chose, dont le cerveau est endoctriné à tout instant de la journée afin que tous marchent au pas dans la même direction. Bref, un pays imbécile, une Nation idiote !

Il nous faut quitter cette politique de « troupiers », de « bidasses », pour obtenir une jeunesse digne de devenir les meilleurs adultes. Etre patriote, n’est-ce pas, avant tout, se soucier des autres ?

Dès l’enfance, il faut apprendre à respecter la vie et la patrie représentée par son sol, sa famille, son peuple et l’héritage offert par les anciens. A ces valeurs viendront s’ajouter l’esprit de camaraderie indispensable afin que le jeune sache qu’il n’est pas seul, abandonné, mais entouré et soutenu par une grande Nation.

Muni de cet esprit éveillé, de cette famille attentionnée, d’un encadrement éducatif et de la fraternité, la jeunesse aura toute ses chances de (re)devenir honorable. Qu’on se le dise : nos régions et peuples européens ne sont pas irrécupérables, ils sont seulement appauvris depuis plus de 60 ans de la faute de leurs dirigeants politiques miteux !

Nos régions, nos nations, nos familles, notre jeunesse sont actuellement malades, mais nous savons les soigner car nous en avons le courage, le remède et la volonté.

Tout à l’inverse des politiques « socialistes » et libérales qui nous imposent leur vision de l’Homme n’étant qu’un être faisant partie d’un monde sans frontières ni obligations, nous devons réapprendre aux populations qu’elles ne sont pas composées uniquement d’hommes, de femmes et d’enfants sans attache. Nous faisons, d’abord, partie d’une région, d’un pays, d’un continent, d’un peuple !

La mère de famille, le travailleur, le patron et l’agriculteur ne se sentiront-ils pas mieux protégés s’ils savent qu’ils appartiennent, d’abord, à une Nation ?

Cette défense nationale ne sera-t-elle pas un moyen de nous faire respecter par les autres Nations ?

Cette assurance nationale ne sera-t-elle pas une motivation pour la famille qui saura ainsi que son travail et ses membres enrichissent un groupe humain formant une véritable communauté ?

A la lecture de ces lignes, nous nous rendons compte que nous élaborons davantage que des idées politiques, davantage qu’une idéologie ; il s’agit d’une morale ! Une morale qui ne doit pas seulement être respectée mais défendue !

En cela, seule la jeunesse sera notre espérance !

Nos idées sont passées !

Voici quelques années, une poignée de jeunes francophones ont amené des idées et des slogans nouveaux dans le landerneau dit de « droite nationale ».

idees
Cette poignée de militants se disaient « révolutionnaires, anticapitalistes et anti impérialistes ». Termes qui horrifiaient des gens qui se complaisaient à se dire de droite extrême.

Opposés à la politique d’immigration, ces jeunes révolutionnaires n’en défendaient pas moins le droit des peuples, également du Tiers Monde, à disposer d’eux même. Ce qui laissait pantois ceux qui venaient dans la mouvance pour « venger » le vol de leur auto- radio par un jeune de banlieue.

A l’époque où la droite réactionnaire appelait à casser les « serbo-bolchéviques », ces jeunes radicaux, avant tout le monde, agissaient contre l’agression de l’OTAN envers la Serbie et le Kosovo.

Pour toutes ces prises de position « originales », cette poignée de militants a subi nombre de railleries et de critiques. Mais ils ont continué, fidèles au slogan de nos amis italiens, « Ne Me Frego » (je m’en fous).

Et leur message, leur action a porté ses fruits. Aujourd’hui, ce que certains estimaient être un bien curieux slogan «  Europe, Jeunesse, Révolution » est repris jusque par les jeunes du Vlaams Belang. Aujourd’hui, la grosse majorité de la mouvance nationaliste a compris que la défense du Kosovo serbe, c’était la défense de toute l’Europe. Aujourd’hui, la crise aidant, le combat nationaliste n’est même plus envisagé sans son volet social…

Le dernier exemple en date de cette évolution est le thème de la prochaine manifestation du syndicat étudiant national flamand NSV qui aura lieu le 12 mars prochain à Louvain. «Flamands, sociaux et nationaux » est en effet un slogan nationaliste révolutionnaire bien connu qui résume bien tout le virage identitaire et social d’un mouvement flamand qui est pourtant resté longtemps conservateur sur ces sujets. *

Le long et dur combat de cette poignée de radicaux, dont je parlais au début de cet article,  et dont beaucoup se sont retrouvés au sein de NATION,  a bien porté ses fruits. Si pas encore sur un plan électoral, certainement sur le fait d’avoir considérablement influé sur les schémas de pensée et les méthodes d’action de l’ensemble de la mouvance nationaliste en Flandre comme en Wallonie.

* L’extrême-gauche ne s’y trompe d’ailleurs pas et veut empêcher les nationalistes de se positionner sur un terrain social puisqu’elle appelle à une contre-manifestation qui se terminera sans nul doute dans la violence, comme d’habitude…

Racisme et discriminations au quotidien

marocain

Bruxelles, capitale de l’Europe paraît-il…

La photo ci-dessous a été prise dimanche dans la rue François Veekmans à Neder Over Heembeek à deux pas de l’hôpital militaire et, cerise au sommet du gâteau, à moins de cent mètres du… commissariat de police de Neder !

Un habitant de la rue, furieux, est allé ensuite arracher l’affiche.