Jeune Nation : un style dans l’action!

Un jour, lors d’une soirée mouvementée au niveau du maintien de l’ordre, nous avions entendu un officier de police dire que NATION ou les antifa, c’étaient des bandes du même genre.

Cette remarquable analyse politico-sociologique est évidemment aussi nulle que les résultats policiers en termes de sécurité dans nos rues.

Un exemple dans ces photos : lorsque les jeunes de NATION veulent faire connaître leur désaccord avec la gauche, ils vont devant les locaux de gauche afficher leur conviction, parfois avec humour même. La gauche, elle, ne sait venir que la nuit vandaliser.

C’est aussi la différence entre nous et eux : la manière d’être et de faire !

 

Libérez Kyle Rittenhouse !

Il y a quelques semaines eut lieu une manifestation dans la ville de Kenosha, aux Etats-Unis. L’objet de cette manifestation organisée par des militants de gauche et d’extrême-gauche était de dénoncer les pseudo-violences policières. Rapidement, la manifestation s’est transformée en affrontement généralisé entre d’un côté des groupes très hostiles à la police, et de l’autre des miliciens venus prendre la défense des forces de l’ordre. C’est dans ce contexte de chaos qu’un jeune homme s’est démarqué : Kyle Rittenhouse.

Alors qu’il tentait de fuir la manifestation, Kyle a été poursuivi par des militants de gauche qui étaient bien déterminés à en terminer avec lui – rappelons que les gens qui l’ont chassé et agressé étaient armés. Dans un état de panique guidé par la survie, Kyle a alors utilisé son arme et a tiré sur ses agresseurs. Le bilan de cet événement est de deux morts et un blessé.

Chez NATION, nous estimons que la légitime défense est un droit fondamental de l’être humain. C’est pourquoi les militants de Jeune Nation se sont naturellement rendus devant un local prétendument antifasciste, dans le quartier liégeois de Saint-Léonard, afin de manifester leur soutien à Kyle Rittenhouse !

Il est d’ailleurs intéressant d’analyser le profil des personnes neutralisées par Kyle. Le premier, Joseph Rosenbaum, est un pédophile condamné pour avoir violé deux enfants :

Le second, qui a agressé Kyle au sol dans l’espoir qu’il se fasse lyncher par la foule :

avait un casier judiciaire n’ayant rien à envier au premier :

Le troisième, qui a fait semblant de se rendre avant de tenter de mettre une balle dans la tête de Kyle :

Etait également bien connu des services de police :

Voilà donc le vrai visage de ceux qui organisent des manifestations pour protester contre les « violences policières »…

Une mort est évidemment un drame humain, mais nous estimons que la légitime défense est un droit sacré de l’être humain ! Kyle n’a rien fait de mal ; liberté pour Kyle !

Le côté sombre de Mandela !

Quelques affichettes sur une fresque de Nelson Mandela à Liège ont suscité nombre de réactions et a même valu à Jeune Nation, les honneurs d’un article dans la presse.

Il semble que ce genre de fresque soit bien plus sacré que les églises ou des statues de Léopold II dont les mêmes bien-pensants trouvent naturels qu’on les profane.

Mais pourquoi  donc Jeune Nation s’en est-il pris à Nelson Mandela ? Petit rappel de ce qu’il fût et de ce qu’il représente.

Nelson Mandela fut en effet « prisonnier » plusieurs années (dans de luxueuses installations) car il était un des dirigeants de l’ANC (Congrès National Africain) qui menait des actions terroristes contre le régime « blanc » d’Afrique du Sud. L’ANC était soutenu par l’URSS et largement infiltrée par le parti communiste sud -Africain (SACP).

Mais l’ANC faisait aussi régner la  terreur contre les Noirs d’Afrique du Sud. Contre les Zoulous, ethnie rivale des Xhosas qui composaient la majorité de l’ANC. Mais aussi contre tous ceux qui ne suivaient pas ses directives. Ainsi Winnie Mandela, la femme de Nelson, faisait pratiquer par sa propre garde rapprochée, le supplice du pneu enflammé, supplice au cours duquel la victime meurt brûlée vive dans  d’atroces souffrances.

Une fois libéré, Mandela a bien évidemment participé à jeter l’Afrique du Sud dans le chaos économique et sociétal dans lequel elle se trouve aujourd’hui et qui provoque l’appauvrissement de la population, qui voit scandales à répétition toucher les dirigeants de l’ANC (pour corruption, viols, etc…), qui fait que l’Afrique du Sud connaît le record mondial en termes de viols et que le SIDA y fait des ravages.

Sans oublier bien évidemment, la tragédie que vivent les fermiers blancs  assassinés par centaines, souvent dans des conditions atroces.

Alors non, Nelson Mandela n’est pas un saint. Oui, il fut un agent communiste. Oui, il est un des responsables de la situation catastrophique de l’Afrique du Sud. Oui, il est le responsable moral des centaines de meurtres de fermiers blancs.

Et pour tout cela, quelques affichettes, ce n’est vraiment pas cher payé !

Appel aux morts

Lors du camp Hobbit organisé ce week-end par Jeune Nation, nos camarades ont rendu hommage aux martyrs italiens des années de plomb. L’engagement sans concession de ces jeunes militants nationalistes est une leçon de vie pour ceux qui, comme nous, continuent à transmettre la flamme, génération après génération. Morts pour la patrie, assassinés par des terroristes d’extrême-gauche, nous n’oublierons jamais leur mémoire. Les vingt-deux noms présentés ci-dessous ne constituent que la partie émergée de l’iceberg ; il y en a en réalité beaucoup plus. Par cet appel aux morts, nous rendons hommages à tous nos camarades assassinés et qui continuent à vivre en nous.
1. Mikis Mantakas
2. Alessendro Alibrandi
3. Franco Anselmi
4. Giorgio Vale
5. Franco Bigonzetti
6. Francesco Clavatta
7. Stefano Recchioni
8. Felice Spano
9. Stefano Mattei
10. Virgilio Mattei
11. Carlo Falvella
12. Sergio Ramelli
13. Paolo Di Nella
14. Ugo Venturini
15. Francesco Cecchin
16. Enrico Pedenovi
17. Graziano Giralucci
18. Mario Zicchieri
19. Giuseppe Mazzola
20. Alberto Giaquinto
21. Angelo Pistolesi
22. Angelo Mancia
Présents !
mantakas

Réussite du 1er camp Hobbit !

Ce weekend s’est tenu le premier camp Hobbit, organisé par Jeune Nation.

L’œuvre de Tolkien, (auteur entre autres du « Seigneur des Anneaux ») est pour nos jeunes identitaires, un point de référence mytho-poétique et symbolique. C’est pourquoi, il a été décidé de dorénavant donner à nos weekend de formation, le nom de « Hobbit », ce personnage courageux, romantique, ayant le sens de l’honneur et de la camaraderie ! A l’instar de ce qui se faisait dans les années 70-80 en Italie.

Le thème de ce premier « camp » était d’ailleurs l’histoire de la mouvance nationaliste en Italie et en particulier de la mouvance nationale-révolutionnaire.

Jeune Nation  veut en effet s’inspirer du niveau d’engagement militant et de conscience politique que la mouvance nationaliste italienne a produit tout au long de son histoire.

Au programme de ces 3 jours (ouverts aux militants de tous les âges) : formation politique et militante, débats, atelier chants, randonnée, veillée, cérémonie du souvenir.

Le camp fut un réel succès tant par le nombre de participants que par le niveau des débats, tant par la très bonne ambiance que par la forte cohésion du groupe.

De l’avis unanime des participants, une formule à répéter !