Martial industrial / Theusz – JUSTICE (pour Esteban et Samuel )

Pour ceux qui aiment la musique « militaro-indus » !

 

Publicités

Le « buzz » Jeune Nation !

Voici quelques jours, la RTBF radio passait 5 bonnes minutes à essayer de se moquer d’une vidéo réalisée par Jeune Nation.

Moqueries sur le message (bien entendu), sur la technique de communication (ça se discute LOL) mais bien évidemment sur le physique, alors que ces gens ne font que vous parlez du respect de l’autre. Ou de l’accent wallon de l’un ou de l’autre alors que les mêmes trouvent tellement « IN » le jargon franco-arabo-africain que baragouinent les bandes de racailles de toutes origines qui pullulent dans nos villes.

Quoi qu’il en soit, ce passage radio a boosté notre blog et notre vidéo. Et rien que cela, c’est intéressant. Car si on peut reconnaître que la vidéo ne rivalisait guère avec les œuvres de Spielberg (lol), il n’en reste pas moins que notre message est passé. Et manifestement, cela a permis que des jeunes nous découvrent : merci donc la RTBF.

Pour terminer et puisque les « humouristes » de la RTBF aiment se moquer du physique, nous nous permettrons donc de montrer le faciès de ces « animateurs » (1). Et vous comprendrez, en voyant leur look qu’ici c’était vraiment l’hôpital qui se moque de la charité.

(1) on parle bien du look ici et pas de leur origine

Solidaires mais aussi réfléchis !

Le jugement inique qui vient d’être prononcé à Paris dans l’affaire Meric, antifa mort d’un échange de coup dans une bagarre qu’il avait lui-même provoqué, nous rappelle douloureusement quelques vérités.

La première est qu’il ne sert à rien de se renier, de demander pardon et d’attendre de la clémence d’une justice politisée. Eviter d’être looké le jour des faits aurait été bien plus constructif que de demander pardon par après.

Avec cette affaire, on constate aussi et une fois de plus que les « antifa » ne sont somme toutes que l’infanterie coloniale utilisée par le système politico-médiatique contre les patriotes.

Et enfin, on a aussi vu qu’’il n’y a rien à attendre de formations politique de droite nationale qui ont encore une fois brillé par leur silence, là où il est certain que si les accusés avaient été de gauche, une partie de cette gauche se serait mobilisée pour soutenir les inculpés.

Alors au-delà de la solidarité bien naturelle à laquelle ont droit ces deux jeunes, ce drame doit surtout nous rappeler à quel point est important la mission d’un groupe comme Jeune Nation : former et encadrer les jeunes identitaires de Belgique francophone !

41889678_1380486128750942_3222408902993772544_n

 

Antifas malvenus à Molenbeek !

Lors du match RWDM-FC Liège, la frange hooligan d’extrême-gauche liégeoise a voulu provoquer les supporters de Molenbeek, entre autres en affichant des drapeaux antifa. Curieusement, sans intervention des stewards alors que normalement, les calicots politiques sont interdits. Mais cela n’est sans doute bien entendu valable que pour les messages de type nationaliste.

Quoi qu’il en soit, à force de chercher les problèmes, les antifa les ont trouvé et nombre de supporters bruxellois sont venus à leur rencontre dans les tribunes où une solide grille et l’intervention de la police a empêché les gauchistes de recevoir la leçon qu’ils méritaient.

Bon, on s’attend à ce que les « crasseux » se mettent à hurler qu’en face, ils ont reconnu des militants de Jeune Nation…Mais on ne prête qu’aux riches, n’est ce pas ? 😉

images

Et oui, il y a aussi des hooligans d’extrême-gauche !

 

Présentation de Northmen Impakt

JN 1Comme notre blog a aussi vocation à vous détendre mais aussi parce que la culture est un excellent moyen pour véhiculer nos idées, Jeune Nation va régulièrement vous présenter certains camarades artistes.

Le groupe de musique que je voulais vous présenter aujourd’hui s’appelle Northmen Impakt

Northmen Impakt est un jeune groupe composé de « Tiggy » à la guitare, « Brodie » à la bass, « kro kop » et « Epona » au chant.

JN 2

« Epona » est également la chanteuse qui ouvre le défilé de Jeanne D’Arc organisé par Civitas. Un défilé auquel NATION et Jeune Nation participent régulièrement. Je vous laisse admirer le son de sa voix ICI

Le style musical proposé par ce groupe se dit « rock national-catholique » mais nous retrouvons des thèmes et des modes assez variés dans leurs play-list. Voire même certaines chansons plutôt à caractère humoristique.

Bref, tout jeune nationaliste devrait trouver son compte dans ce groupe qui mérite votre attention.

En dehors de leur activité musicales, les membres du groupe militent tous pour le Parti de la France.

Pour plus d’informations sur ce groupe il existe une page Facebook et une page YouTube 

Bonne écoute

 

La pédophilie légalisée !

Comme si nous n’avions pas de problèmes plus importants dans notre pays, le gouvernement belge n’a pas trouvé plus urgent que de rabaisser la majorité sexuelle à 14 ans, à condition que le partenaire n’ait pas plus de de 5 ans de différence ! On pourra donc voir des garçons de 19 ans avoir des relations sexuelles avec des (encore) petites filles de 14 ans !!!

Mais en tout cas, on sait bien que la prochaine étape, sera de faire disparaître cette dernière barrière de 5 ans et d’enfin arriver au but suprême de tout ceci : la légalisation de la pédophilie.

Oui, car pour nous, éprouver de l’attirance sexuelle pour une personne de 14 ans c’est bien de la pédophilie! Pour nous, la pédophilie est un fléau de la société que nous devons combattre.

Cette société marche de plus en plus sur sa tête. C’est toute la jeunesse qui est en danger.

Et comme manifestement, nos aînés ont un peu foiré, c’est bien à la jeunesse identitaire de ce pays à reprendre les choses en mains.

Lucien Coppens 

ARTICLE P2DOPHILIE

 

 

Notre point de vue sur l’enseignement

L’enseignement est l’un des facteurs primordiaux de notre société. C’est en effet par ce biais que l’on façonne celle-ci, ainsi que ses valeurs, sa mentalité; en un mot, le monde de demain. C’est pourquoi, de tout temps, l’enseignement a été l’objet de toutes les manipulations politiques et idéologiques. L’enseignement d’aujourd’hui a été manifestement façonné par l’après mai 68. Les utopies de « gauche » d’hier devenant les méthodes pédagogiques d’aujourd’hui. Les fausses valeurs « humanistes », l’encouragement à la paresse, le rejet de toute autorité parentale ou autre sont pour beaucoup dans l’état actuel de décadence de notre société et de notre jeunesse. Tout le monde enseignant paie aujourd’hui la coûteuse utopie que fut le rénové.

Mais ce n’est rien par rapport aux dégâts que cette méthode a sans nul doute fait dans une jeunesse mal préparée à sa vie professionnelle mais aussi à sa vie d’adulte. Et c’est justement parce qu’il s’agit de l’avenir de notre jeunesse, que les solidaristes de NATION se devaient de prendre des positions sur le sujet et de les faire connaître. Tel est le but de ce texte.

 

LES CAUSES DU MALAISE

On commence par … L’IMMIGRATION

L’arrivée massive d’une jeunesse issue de l’immigration est certainement une des causes majeures d’un grand nombre des problèmes apparus récemment dans le monde de l’enseignement. Et ce n’est pas raciste que de dire cela, ce n’est jamais qu’un constat, le fruit de l’analyse que l’on peut faire de divers facteurs.

Tout d’abord, il faut dire qu’une partie de ces jeunes ne maîtrisent que partiellement nos langues nationales lorsqu’ils commencent leurs études. Il faut donc leur consacrer plus de temps au détriment des autres élèves et au détriment des programmes! Cela entraîne automatiquement un abaissement du niveau des classes.

Ensuite vient le problème des différences culturelles. Certains vivront souvent mal le fait d’être instruit par une femme. Dans leur culture, une femme est soumise à l’homme et ne se mêle pas de l’éduquer. D’où les nombreux conflits entre les enseignantes et de jeunes immigrés qui refusent tout net de se plier à leur autorité. Encore faut-il qu’il y ait autorité. Les enseignants de gauche ont un dogme: le laxisme. On comprend qu’ils ne parviennent pas à se faire respecter par des jeunes chez qui , la tolérance est ressentie comme de la faiblesse.

Enfin, comment faire accepter nos (récentes et tristes) « valeurs occidentales » à des jeunes attachés à d’autres valeurs culturelles et religieuses, qui restent des balises dans leur vie. Quoiqu’on fasse pour le dissoudre dans un magma multiculturel directement inspiré des États-Unis. Ce magma multiculturel ne détruit, hélas, que notre propre jeunesse moins arrimée à ses racines culturelles et spirituelles. Et ces différences culturelles sont parmi les principaux problèmes de l’enseignement d’aujourd’hui. Nous y reviendrons.

 

L’INDISCIPLINE

Ces dernières années, c’est presque la notion même de discipline qui a disparu. Suscitant par là-même, une augmentation du désordre et de la violence. Cette perte de discipline est en fait étroitement liée à la perte de toute une série de valeurs. Pourquoi les élèves devraient-ils se discipliner dans un milieu sans discipline ? Le respect des professeurs et des parents se perd et toute autorité est rejetée. En grande partie d’ailleurs par la faute de certains « pédagogues » qui aujourd’hui récoltent ce qu’ils ont semé hier comme préceptes libertaires et réfractaires à toute autorité.

Beaucoup de parents aussi laissent prendre une trop grande indépendance à leurs enfants; trop pris qu’ils sont par leur vie professionnelle. D’autres, séparés, n’exercent pas non plus le contrôle adéquat sur leurs enfants.

Mais au-dessus de tout, c’est cette société permissive et matérialiste qui est l’ennemie n°1 des valeurs d’autorité, de discipline et de travail. Et si la perte de motivation ne suffisait pas; on s’est en plus ingénié à supprimer toute sanction. Par exemple; dans les établissements techniques, plus sensibles que d’autres, il est devenu impossible de renvoyer des élèves en cours d’année.

 

LA VIOLENCE

Bien sûr, de ce problème-là, les syndicalistes n’en parlent pratiquement pas et les médias préfèrent n’évoquer que le volet économique du problème. Parfois, on nous parle de « jeunes » (que nous appellerons « Sébastien » et « Jean-Philippe » par exemple lol…). Mais, à part quelques privilégiés, quel enseignant ne pourrait pas vous parler de ce climat de violence dans lequel baignent les principales écoles du pays? Racket, professeurs agressés, trafic de drogue, créations de bandes sur le modèle américain. Comment élèves et professeurs pourraient-ils travailler convenablement dans un tel climat? Quelles sont les raisons de cette recrudescence de la violence dans les milieux scolaires?

Il faut une nouvelle fois accuser les dogmes pédagogiques de gauche qui ont poussé les professeurs à ne plus être des « maîtres » mais des « copains » c’est à dire plus exactement des souffre-douleurs. Et ainsi perdre tout prestige et toute autorité.

Mais elle est évidemment aussi liée aux problèmes que nous évoquions précédemment, la présence massive de jeunes immigrés et la disparition de toute discipline.

Et enfin, cette violence est le reflet aussi d’une société malade. D’une société où la jeunesse est déboussolée et ne s’accroche plus qu’à des contre-valeurs comme la drogue, l’argent facile et la copie de l’exemple de société de consommation mais aussi pour certains cas de violence qu’est la société américaine.

 

LE RÉNOVÉ

Le rénové est sans doute le facteur qui a le plus de responsabilité dans le naufrage de notre enseignement. A lui seul, il a accéléré ou entraîné une grande partie des problèmes déjà évoqués. Le rénové est l’exemple même d’une utopie mise en pratique en dehors de tout bon sens mais néanmoins avec une idée sous-jacente: installer un système clientéliste et faire de la nomination politique, une pratique systématique.

Le rénové devait permettre aux élèves de choisir une partie de leurs cours en fonction de leurs aptitudes. Mais bien évidemment, dans des sociétés comme les nôtres, le libre choix entraîne toujours les solutions de facilité et l’on s’est retrouvé avec des choix dictés uniquement par la volonté d’en faire le moins possible. Les professeurs ont participé à ce mouvement. Un élève avait des difficultés dans une matière? Au lieu de l’aider à passer l’obstacle, on enlevait cet obstacle. Un élève avait des problèmes en science? Au lieu de surmonter ce problème, on l’effaçait. L’année d’après, cet élève ne suivait plus cette matière-là. Le rénové était un cadeau empoisonné pour tous. Cadeau empoisonné pour l’élève à qui, sous prétexte de le faire réussir à tout prix, on supprimait l’apprentissage du travail et de la volonté de vaincre les difficultés. Notions indispensables dans le circuit professionnel d’aujourd’hui. Mais cadeau empoisonné aussi pour des professeurs recrutés en surnombre avec des régendats pour des options inutiles et n’ayant aucune valeur sur le marché de l’emploi. C’est évidemment aujourd’hui, crise économique et plan de restructuration aidant, que l’on s’aperçoit de l’absurdité. Essayez de vous replacer dans une autre institution scolaire avec un régendat en… « Arts plastiques »! Cadeau empoisonné enfin pour la collectivité. En effet, en multipliant les options de l’élève, on multiplie aussi les coûts. Jusqu’à l’absurde. Nombreuses sont les options s’adressant à moins de 6 élèves par exemple !!!

 

DES SOLUTIONS ?

Nous pensons que la seule manière de trouver des solutions réelles aux problèmes de l’enseignement est de voir ceux-ci non comme des problèmes sociaux conjoncturels mais bien liés aux problèmes de société. L’école doit être un lieu de discipline. Nous voulons rétablir le droit d’autorité pour les professeurs. Il est bien entendu certain qu’il faudra remotiver le corps enseignement par des augmentations de salaires mais aussi par plus de considération, tout en exigeant de celui-ci plus de devoirs encore envers la société. Mais il faudra impérativement régler des problèmes plus vastes.

 

LA SECURITE

Seule la sécurité dans les écoles facilitera la vie de ceux qui ont choisi de travailler. Elle permettra aussi de le faire dans un meilleur état d’esprit. Elle évitera de donner aux enfants l’habitude de la délinquance et une vision du monde fait de rapports de force violents. Nous pensons qu’elle ne saura l’être que par la création de corps de discipline au sein des écoles. Ce corps devra avoir un rôle de contrôle et de surveillance mais également un rôle pédagogique. La création de ce corps de discipline aura également un impact économique vu le nombre de fonctions qui devront dès lors être occupées. Nous pensons également que la sécurité dans les écoles comme ailleurs serait renforcée si la majorité pénale était abaissée, levant ainsi une sorte d’immunité pour certains adolescents.

La seule « violence » tolérable au sein d’un établissement scolaire est celle qui doit se dérouler au cours de certains sports aux heures d’éducation physique. Les sports de combats doivent permettre aux élèves – expressément les garçons – de se lâcher, de délivrer un moment leurs pulsions agressives bien humaines. Mais en salle, pas en classe.

 

L’ENSEIGNEMENT DES VALEURS

Nous pensons que le patriotisme est un moteur dans l’évolution d’une société. C’est pourquoi tous les enfants de ce pays ont le devoir de connaître la Brabançonne. Nous sommes également pour le retour du salut au drapeau et pour que l’on apprenne l’hymne nationale aux enfants. Nous pensons profondément que l’école doit prioritairement apprendre aux enfants les valeurs de la famille, de l’identité, de la solidarité réelle, de l’effort du mérite et du civisme. Nous pensons que ces valeurs sont encore parmi les meilleures manières de préparer les jeunes aux études supérieures ou à une carrière professionnelle. Nous croyons aussi que c’est en partie parce que ces valeurs sont tombées en désuétude au sein même du corps enseignant que le malaise règne dans nos écoles.

 

LE TRAVAIL

Nous voulons rétablir une école du travail et des valeurs par opposition à l’utopie gauchiste que représente l’école de la réussite qui n’est en fait que l’école de la fainéantise et du dealer.

 

LES CANTINES

Nous ne nous laisserons pas être influencés par un quelconque dogme religieux, il y aura bien du porc dans nos cantines. Nous comptons par contre lutter contre l’obésité, c’est pourquoi nous veillerons à ce que nos établissements scolaires servent une alimentation équilibrée et accompagnée de fruits et de légumes.

 

CONCLUSION

Cet article n’a pas la prétention de reprendre un programme complet sur l’enseignement mais de résumer les grandes lignes de notre point de vue sur l’enseignement. Enseignement que nous n’avons pas l’intention de laisser ni entre les mains d’enseignants syndicalistes ni entre celles de profs gauchistes. Nous voulons un enseignement correct et national. Nous avons besoin d’une alternative pour tous les jeunes lassés de l’inertie des pouvoirs publics mais néanmoins nullement disposés à laisser des agitateurs gauchistes les manipuler.

 

Jeune NATION