Jeune Nation : un style de vie !

maxresdefault

Il n’y a pas le feu (révolutionnaire) au lac (suisse) !

Très (trop) souvent dans nos milieux, les gens se pâment d’admiration pour tout qui est qualifié de « populiste » par la grande presse. Si le suspecté de populisme rajoute de surcroît l’une ou l’autre critique même minime de l’Islam, ça y est : certains ont déjà trouvé leur nouveau champion !

Quelle est sa ligne économique, son projet sociétal, ses bailleurs de fonds ou ses objectifs cachés ? Peu importe, il n’aime pas les barbus et la gauche ne l’aime pas ; ça suffit pour que nous devions l’aimer.

Et bien non, pas nous ! Car à NATION, nous luttons pour des idées, pour un modèle si de société bien déterminé et pas seulement pour « qu’il y ait plus de flics et moins d’immigration » (même si c’est un bon début, convenons-en…).

Certains diront que nous sommes trop « dogmatiques », que tout ceci n’est que détails, etc…Et bien nous, nous croyons au contraire que lorsqu’on fait n’importe quoi, on devient n’importe qui.

Et c’est ce qui se passe toujours avec ces mouvements populistes qui surgissent, comme par hasard, à chaque fois que le système politico-financier est mal en point et qu’l y a un risque de  montée électorale des vrais nationalistes. Et qui échouent toujours d’ailleurs à changer quoi que ce soit et échouent toujours à prendre le pouvoir (du FPÖ autrichien au Vlaams Belang flamand, les exemples ne manquent pas et ceci malgré tous les voyages de repentance en Israël).

Et lorsqu’ils arrivent au pouvoir, qu’en font-ils de ce pouvoir ? Un bel exemple est Oscar Freysinger, sorte de Guillaume Tell islamophobe, membre de l’UDC. Non dénué de talent, il a longtemps joué « borderline », dans le rôle du « dur ».

Mais le dur, arrivé au pouvoir, a eu un bilan tellement mitigé qu’il a été battu assez largement aux dernières et récentes élections.

Mais entretemps, il aura pris une mesure forte en tant que Conseiller d’Etat chargé de la sécurité pour le canton de Valais ! A-t-il fermé une mosquée, a-t-il interdit son territoire à de dangereux islamistes ? Que nenni, en novembre 2016, il a (accrochez-vous) interdit une réunion d’un groupe nationaliste suisse…Leur crime ? Avoir voulu faire parler un membre du groupe italien « Casapound » (horresco referens).

Tout ça pour ça ! C’est toujours le même schéma, de compromis en compromis, ce genre de partis deviennent encore pire dans la chasse aux vrais nationalistes que les partis établis.

Pour nous, ce genre de populistes est à mettre dans le même sac que les partis traditionnels. Ils sont même pires puisqu’ils sont les freins principaux au développement de structures électorales purement nationalistes et/ou identitaires.

N (1)

 

 

Jeune Nation : un style de vie !

Jeune Nation foulard

MIKIS MANTAKAS PRESENT !

Mikis Mantakas était un jeune nationaliste grec qui était venu suivre des études de médecine à Rome dans les années 70.

Très vite, il va rejoindre le grand parti nationaliste de l’époque : le Mouvement Social Italien (MSI) et il y sera particulièrement actif dans sa branche étudiante, le Front d’Universitaire d’Action Nationale.

Voici 40 ans, le 28 février 1975, à un moment de grande tension entre l’extrême-gauche et les nationalistes italiens, un commando gauchiste casqué, armé de barres de fer et de bouteilles incendiaires s’attaque au local du MSI situé à la Via Ottaviano, à 2 pas du Vatican.

Les militants nationalistes repousseront les agresseurs et les poursuivent sur la place voisine. A ce moment, un des extrémistes de gauche se met à tirer et touche le jeune Mikis qui était en première ligne. Il va être soigné sur place mais décédera quelques heures plus tard à l’hôpital.

L’auteur de cet assassinat deviendra plus tard, un membre de l’organisation terroriste « Brigades Rouges ». Et l’arme du meurtre servira aussi pour tuer un des gardes du corps du politicien italien Aldo Moro qui sera enlevé puis exécuté par le groupe terroriste.

Mikis Mantakas, ce jeune grec venu mourir en Italie pour une certaine conception de l’Europe, est devenu un symbole européen de sacrifice et d’engagement. C’est pourquoi, tous les ans depuis sa mort, une commémoration a lieu à l’endroit où il est tombé.

Régulièrement NATION envoie une délégation à la commémoration annuelle de sa mort !

mikismantakas

Bruxelles Zone antifa ? Blablabla !

Ce dimanche, comme cela se fait régulièrement, nos jeunes militants ont  débarrassé les rues d’Ixelles, des autocollants gauchistes. Si tu veux les aider à faire cela et plein d’autres actions militantes, rejoins les jeunes identitaires et solidaristes de Jeune Nation (Belgique).

Contacts : jn@nation.be

non-local-nazi

 

L’obsession de l’extrême-gauche se confirme !

Comme vous l’aurez sans doute remarqué, les extrémistes de gauche semblent depuis plusieurs mois faire une fixette sur le parti européen APF (Alliance for Peace and Freedom) et NATION. Et en particulier sur le local nationaliste ouvert depuis presque 1 an, square de Meeus en plein quartier européen.

Après les menaces, le vandalisme, les manifs et les violences qui n’ont rien donné, ils ont décidé de faire dans le culturel (MDR) et ont crée un rap consacré à ce local et à l’APF…

Nous ne voulions pas que vous ratiez ce grand moment de la « culture métissée et populaire » (LOL).

La « musique » ne débute qu’à 1’10 », ce qui précède n’ait que diarrhée verbale anarcho-marxiste à 2 balles. Notons dans le texte, la promesse de faire tomber un pluie de « cocktails magiques » (comprenez cocktails-Molotov)  ainsi que le bruit de coup de feu à la fin de la « chanson ». Est-ce juste un phantasme ou une menace ou une promesse ?

Comme on dit en Italie : « Me ne frego » – « On s’en fout » !

 

Phantasmes et réalité !

« Antifa » désigne cette mouvance d’extrême-gauche qui utilise le prétexte de la lutte « antifasciste » pour manifester et faire usage de violences non seulement contre les nationalistes mais aussi contre la police ou à l’encontre des biens privés.

Souvent composée d’adolescents qui se la jouent « warriors à deux balles », les militants de cette mouvance ont une vision du  combat politique bien éloigné de ce qu’ils sont et de ce qu’ils réalisent en réalité.

Trois exemples en image.

  1. Ils disent qu’ils vont organiser des actions quasi-insurrectionnelles
15540816_233016290443094_8264288615854748949_o

CE QUE LES ANTIFA ANNONCENT !

 

414685109_b9710561225z-1_20161217140537_000_grk86gqmj-2-0

COMMENT CA FINIT

2. Ils disent que Bruxelles est une « zone antifasciste » : comprenez où les nationalistes n’arrivent pas à descendre dans la rue

16178830_246155025795887_2096533149901560620_o

L’AFFIRMATION

15974841_1544443252237613_7223302246741161137_o

LA DURE REALITE : NATION A BRUXELLES LE 12 JANVIER DERNIER

3. Ils affirment vouloir s’occuper du peuple

sans-titre-10-700x394

LA SEULE OCCUPATION DES ANTIFA

 

 

 

16265461_1891768951054345_7338697267194867704_n

LES MARAUDES SOCIALES DE NATION