Solidarité à l’italienne : la Casa d’Italia Colleverde

L’occupation d’école devient décidément une tradition pour les militants identitaires romains… Après Il Bartolo et Casa Montag, c’est dans le quartier de Colleverde, au nord de la capitale italienne, qu’une école, abandonnée depuis une dizaine d’années, a été réquisitionnée par les militants de Casa Pound Italia – l’association dont le mot d’ordre est « Nous ne laisserons pas mourir notre peuple dans la rue ! » – et les jeunes SPQR Skins. But de cette réattribution : satisfaire les besoins « habitatifs » des familles italiennes – depuis les années 90, le logement connaît une véritable situation d’urgence à Rome – ainsi que les besoins logistiques des militants.

Après un an d’occupation, le bâtiment de 4 étages est méconnaissable. Les ragazzi y ont travaillé sans arrêt, consacrant la totalité de leur temps libre à l’édifice, restructurant complètement l’ensemble, des installations électriques et hydrauliques à la création de magnifiques appartements. Ce ne sont ni les problèmes économiques (restructuration et occupation financées par les militants eux-mêmes), ni les menaces d’évacuation, ni la fatigue – les ragazzi venant à Colleverde après leur journée de travail – qui les ont arrêtés.

Les premières familles avec enfants, jetées à la rue de leur précédente habitation ou partageant un 50m2 avec d’autres familles, habitent déjà les lieux. Elles ont toutes contacté Casa d’Italia de leur propre initiative. Ce sont déjà 9 familles – et bientôt 14 – que nos camarades romains auront fait revivre dans la dignité.

Le quartier dortoir date des années 70. Cette école, désormais abandonnée, était son seul “service public”. Il mêle toutes les réalités sociales et on y trouve donc de nombreux immigrés, « extracommunautaires » comme on les appelle ici, des immigrés qui ont amené avec eux insécurité, dégradations, vols, etc. En 2006, ces derniers ont occupé illégalement l’édifice. Mais ce furent les habitants du quartier eux-mêmes qui se rebellèrent et chassèrent les malvenus. Des habitants qui ont prévenu nos camarades de Casa d’Italia : « Aucune maison aux immigrés ! ». Ça allait sans dire…

Au départ un brin suspicieux sur ces jeunes un peu “alternatifs”, les habitants de Colleverde les saluent désormais chaleureusement, n’hésitent pas à venir leur demander de l’aide pour améliorer la vie du quartier, les remercient de l’immense travail réalisé. Casa d’Italia Colleverde est devenue le point de référence du quartier, se substituant à un Etat qui a échoué (abdiqué ?) dans sa mission sociale : des citoyens n’ont plus de toit sur la tête, vivent dans l’insécurité quotidienne et ne savent pas vers quel « bureau » se tourner en cas de problème. L’Etat a délaissé le local ? Casa d’Italia (il y en a trois sur tout le territoire italien) s’en charge. L’Etat ne s’intéresse pas aux « citoyens d’en bas » ? Nos jeunes camarades prouvent qu’il y a une réponse efficace, que les excuses d’un Etat bureaucratique incapable de résoudre un problème de poubelles et laissant comme à Naples une population entière étouffer dans la puanteur toxique de décharges à même la rue, ne sont que le reflet d’un « désintérêt » patent. L’Etat a des préoccupations semble-t-il plus importantes que celle de faire vivre la nation dignement…

Nos ragazzi se sont donnés pour mission d’y arriver ! Car Casa d’Italia, ce n’est pas qu’une structure habitative. En ce qui concerne la sécurité, ils assurent un service de surveillance 24h/24, aussi bien dans l’édifice que dans le quartier. C’est tout Colleverde qui est plus sûr, et les jeunes Italiennes peuvent de nouveau sortir le soir… De nombreuses initiatives ont vu le jour : sur un mini camp qu’ils ont restructuré (avec douches et vestiaires), les jeunes SPQR Skins gèrent une équipe de rugby de plusieurs catégories, inscrite à la fédération nationale, entraînant notamment les enfants dont les familles n’auraient pas pu se permettre un abonnement à un club sportif. Dans le même esprit, et pour tirer de la rue les jeunes du quartier, une salle de sport va voir le jour.

Dans les sous-sols de l’établissement, les ragazzi ont construit une salle de concert, une salle de conférence et un dortoir pour les hôtes qui viennent de toute l’Italie. On y trouve naturellement une section de Casa Pound Italia. Plusieurs autres projets verront le jour d’ici peu, dont un pub et un magasin…

Bravo ragazzi, et longue vie à Casa d’Italia Colleverde !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :